Bandeau site officiel de la mairie d'Orée-d'Anjou
Flux RSS du site d'Orée-d'Anjou Site accessible pour la mairie d'Orée-d'Anjou Moteur de recherche de la mairie d'Orée-d'Anjou Suivez-nous sur Facebook mairie d'Orée-d'Anjou Suivre le conseil municipal
Sélectionner une page

Espèces nuisibles

La commune d’Orée-d’Anjou a choisi de travailler avec la Fédération Départementale des Groupements de Défense contre les Organismes Nuisibles (FDGDON), qui a pour objet essentiel la protection de l’état sanitaire des végétaux et du patrimoine naturel dans l’intérêt public.

Aussi dès lors que vous avez besoin d’aide dans la lutte contre une espèce invasive, il faut solliciter les Groupements de Défense (GDON) locaux.
Des référents sont identifiés dans chacune des communes déléguées d’Orée-d’Anjou : 

Voici la liste des contacts :

  • Bouzillé : Bertrand Rineau – 02 40 98 11 42
  • Drain : Paul Garnier – 02 40 98 29 26/06 27 32 91 85
  • Landemont : Eugène Corbet – 02 40 98 76 22/09 61 20 77 02
  • La Varenne : Régis Gasnier – 02 40 83 50 55
  • Liré : Jean-Paul Epoudry – 06 27 60 79 95
  • St Christophe la Couperie : Joseph Audouin – 02 40 83 74 50/06 73 59 44 82
  • St Laurent des Autels : Gyslain Renou – 06 26 11 42 87
  • St Sauveur de Landemont : Michel Bouchereau – 02 40 96 64 09

 

Les compétences du GDON dans la gestion des espèces nuisibles :

Le GDON intervient dans la gestion des espèces nuisibles suivantes :

– Processionnaires
– Rongeurs aquatiques nuisibles
– Rongeurs commensaux
– Taupe
– Frelon asiatique. 

  • Les processionnaires (du pin et du chêne, bombyx cul brun et lithosie quadrillée)

Plusieurs espèces de papillons (et donc de chenilles) sont ainsi dénommées. Les plus connus sont les processionnaires du pin et du chêne. Les chenilles de ces papillons sont urticantes et sont donc à l’origine d’urtications ou d’allergie chez l’humain, les animaux domestiques ou encore le bétail. Les processionnaires du pin, du chêne et le bombyx cul-brun font des nids pouvant abriter une grande quantité d’individus.
En plus d’être à l’origine de dérangement chez l’Homme, ces chenilles sont défoliatrices (se nourrissent du feuillage des arbre) causant des dégâts spectaculaires lorsqu’elles sont présentes en grande quantité.
Si vous observez des pullulations importantes de ces chenilles ou si vous constater des nids dans des arbres, informez-en votre mairie ou la FDGDON. Des campagnes de pulvérisation de bacille de Thuringe ont lieu tous les ans. Si un nombre suffisant de cas est remonté sur une commune, une intervention commune pourra être réalisée. Tous les ans, une communication est faite par la collectivité en amont de la campagne afin que tout le monde puisse se manifester.

  • Rongeurs aquatiques nuisibles
  1. Le ragondin
    Originaire d’Amérique du sud, cette espèce est facilement reconnaissable à ses incisives rouge-orange. Les individus adultes font de 85 cm à 1 m queue comprise pour un poids d’environ 7kg.
    Elle a colonisé une grande partie des zones humides de France depuis son introduction. On la trouve sur notre territoire notamment à proximité des boires, étangs et mares et remonte dans certains de nos cours d’eau.
    Le ragondin a la particularité de creuser des galeries le long des berges, les déstabilisant et fragilisant le réseau racinaire de la ripisylve. En plus de provoquer des dégâts sur son milieu, il est vecteur de certaines maladies transmissibles à l’Homme comme la leptospirose. Il est inscrit sur la liste des espèces exotiques envahissantes préoccupantes pour l’Union Européenne.
  2. Le rat musqué
    Originaire d’Amérique du Nord, cette espèce colonise le même type de milieu que le ragondin. Toutefois, elle est moins compétitive que cette dernière. Le rat musqué est plus petit que le ragondin. Les individus font de 50 à 60 cm queue comprise pour un poids moyen de 1,5 kg. Le rat musqué provoque également des dégâts sur les berges. Il peut également se tourner vers les cultures maraichères et de plein champ s’ils ne trouvent pas toute sa nourriture au niveau des zones qu’il a colonisé. Tout comme le ragondin, le rat musqué est vecteur de maladie comme la leptospirose ou la maladie de Lyme. Pour lutter contre ces 2 espèces, vous pouvez contacter le référent de la GDON locale. Plusieurs modes de lutte sont possibles : la chasse et le piégeage.
  • Rongeurs commensaux

Cette appellation concerne les rongeurs domestiques comprenant les rats et souris. Ces derniers peuvent être responsables de nombreuses nuisances lorsqu’ils sont présents en grande quantité : consommation et souillure d’aliments, dégradations matérielles, risque de transmission de maladie à l’Homme, aux animaux domestiques et d’élevage. Vous pouvez contacter la FDGDON afin de mettre en place une lutte collective plus efficace contre les rongeurs commensaux.

  • Les taupes

Les taupes sont considérées comme une espèce nuisible du fait de leur activité fouisseuse induisant une baisse de la qualité du foin. En effet, lors de la récolte du foin, de la terre peut se retrouver dans les balles de foins à cause des taupinières. Cette terre sera ensuite ingurgitée par les animaux d’élevage. La présence de bactérie butyrique dans la terre peut rendre impropre à la consommation les produits laitiers (fromage notamment). La lutte contre les taupes est organisée par le GDON. Vous pouvez contacter le référant communal.

  • Oiseaux (pie, corbeaux, choucas, corneille)

Parmi les oiseaux mentionnés, les choucas sont actuellement protégés. Les oiseaux ont surtout des incidences sur les cultures par consommation des graines lors des semis. Les dégâts occasionnés concernent donc principalement les agriculteurs. Les actions de régulations sont actuellement essentiellement réalisées par les chasseurs. En cas de dégâts important des déclarations sont à faire auprès de la DDT via le site de la fédération de chasse.

  • Le frelon asiatique

Originaire d’Asie, on le trouve désormais sur tout le territoire. On le distingue facilement du frelon européen par sa couleur plus sombre et orangée. En effet, son thorax est entièrement brun noir et les segments abdominaux sont bruns et bordés d’une fine bande jaune. Le dernier segment est quant à lui jaune orangé. Il est également plus petit que le frelon d’Europe. Les fondatrices bâtiront de nouvelles colonies au printemps. Il est préférable de détecter les nids vers le 15 mai. Ces derniers sont à ce moment-là encore petits (petite boule) avec peu d’individus. Cela facilite l’intervention. En fin d’été et à l’automne, le nid est conséquent (jusqu’à 1m de haut et 80 cm de diamètre). L’intervention devient alors plus dangereuse et délicate mais n’est également plus utile.
Les piqûres du frelon asiatique ne sont pas plus dangereuses que celles du frelon d’Europe. Il n’est pas agressif sauf si l’on s’approche à 4-5 m de son nid. Cet insecte est surtout dangereux vis-à-vis des abeilles (classé en 2ème catégorie pour la lutte dans le cadre de la protection des abeilles). Toutefois si le nid est susceptible de causer des dégâts à autrui, cela devient une nécessité d’intervenir afin de détruire le nid. Il est possible d’intervenir soi-même mais on conseillera l’intervention d’une entreprise spécialisée. Il n’est pas utile de contacter le GDON local. Pour l’instant la commune d’Orée-d’Anjou ne propose pas d’aide dans la prise en charge de l’intervention par une entreprise spécialisée.

 

Quelques entreprises locales spécialisées dans la lutte contre les nuisibles :

RDN Régulation des nuisibles (Mouzeil) – 06 12 28 11 04
ECLA (La Remaudière) – 02 85 73 00 36 / 06 17 11 79 88
Val’Guêpes3D (Vallet) – 06 88 79 02 94
Anjou Guêpe Frelon (Mauges-sur-Loire) – 06 30 82 50 70

Contact et renseignements

 

Fédération Départementale des Groupements de Défense contre les Organismes Nuisibles de Maine-et-Loire
Parc d’activité Angers Beaucouzé
Secteur de la Technopole
23 Rue Georges Morel
49070 Beaucouzé

Tél : 02 41 37 12 48
E-mail : contact@fdgdon49.fr
Site internet : www.fdgdon49.fr