Bandeau site officiel de la mairie d'Orée-d'Anjou
Flux RSS du site d'Orée-d'Anjou Site accessible pour la mairie d'Orée-d'Anjou Moteur de recherche de la mairie d'Orée-d'Anjou
Sélectionner une page

Après 6 années de travail et de concertation avec l’ensemble des acteurs, les élus d’Orée-d’Anjou ont approuvé le nouveau Plan Local d’Urbanisme (PLU). Au-delà des règles qui s’appliquent dorénavant sur l’usage des sols, ce document traduit également une réelle stratégie de développement territorial pour les 10 années à venir en conciliant développement et préservation des espaces naturels et agricoles.
Zoom sur les grands objectifs affichés par le PLU.

Affirmer l’organisation territoriale
En termes de structuration territoriale, Orée-d’Anjou est caractérisée par l’absence de polarité en son sein puisque la commune déléguée la plus peuplée (Liré) n’accueille que 15% de la population. Face à ce constat, les élus ont souhaité s’appuyer sur un maillage territorial qui vise à renforcer 3 polarités dans une optique d’équilibre territorial et de proximité. Ces 3 pôles sont Champtoceaux, Liré et Saint-Laurent-des-Autels / Landemont.

Maîtriser la consommation foncière
Pour répondre aux enjeux de consommation foncière de terres agricoles ou naturelles induits par l’urbanisation, la commune a fait le choix de concentrer son développement en priorité au sein des bourgs. Par ailleurs, les zones prévues pour l’urbanisation future ont été très largement réduites afin de répondre strictement aux besoins des 10 prochaines années.

Préserver les espaces naturels et paysagers
La commune dispose de nombreuses richesses environnementales et paysagères qu’il convient de valoriser mais également de protéger face aux enjeux du développement urbain. Si le Val de Loire, espace unique et d’une grande richesse écologique et paysagère, a fait l’objet d’une attention toute particulière, le projet communal vise aussi à préserver les espaces naturels plus « ordinaires » ou « intimistes » mais qui façonnent le paysage et le bocage oréen.
La trame verte et bleue (cours d’eau, bois, haies, zones humides…) est ainsi mieux identifiée et protégée dans l’optique de garantir un cadre de vie de qualité aux habitants.

Affirmer l’agriculture comme activités économiques structurantes
En associant le monde agricole lors de l’élaboration du PLU, la commune a souhaité affirmer sa volonté de pérenniser l’espace et les exploitations agricoles. Cela se traduit notamment par la volonté de limiter l’impact du développement urbain sur les zones agricoles en rebasculant une cinquantaine d’hectares, initialement prévus pour l’urbanisation, en zone agricole.

Exploiter les richesses du sous-sol
Longtemps, le projet d’extension de la carrière du Fourneau aura été le point d’achoppement du projet de PLU au regard des impacts induits par cette activité sur les milieux naturels. Si ces impacts sont réels, ils ont été précisément et minutieusement analysés dans le cadre de l’élaboration du PLU en lien étroit avec le carier et le Centre Permanent d’Initiatives pour l’Environnement (CPIE). Par ce travail, la commune a voulu affirmer sa volonté de voir cette activité se pérenniser sur le territoire au regard des enjeux économiques et sociaux que représente l’extraction du calcaire.

Limiter l’exposition aux risques et nuisances
Comme tout territoire ligérien, la commune est notamment soumise au risque naturel inondation mais également à de nombreuses nuisances liées principalement aux infrastructures routières. C’est au regard de ces éléments que la commune a orienté son développement pour limiter l’exposition des habitants aux différents risques et aléas.

Maintenir des bourgs dynamiques
Pour maintenir des bourgs dynamiques, le PLU prévoit de concentrer 30% de la production de logements au sein des enveloppes urbaines existantes. Cette production devra, de par sa mixité, favoriser le parcours résidentiel des habitants.

Autre engagement majeur, la volonté de maintenir une offre commerciale et des services de proximité en centralité, tout en permettant le développement d’activités artisanales au sein des zones d’activités structurées.

Enfin, le dernier axe de développement au sein des bourgs devra permettre d’améliorer les déplacements par le développement de l’intermodalité et des déplacements doux pour les courtes distances.